LA VIDEOPROTECTION


 

Opérationnel depuis l’automne 2019, le programme de vidéoprotection de la ville porte déjà ses fruits. Les enregistrements vidéo ont permis déjà à la Police municipale et à la Gendarmerie d’identifier les auteurs de plusieurs actes malveillants commis dans les endroits protégés par le dispositif.

« L’objectif de la vidéoprotection est de prévenir l’atteinte aux personnes et aux biens, de protéger les bâtiments publics et leurs abords et de renforcer le sentiment de sécurité de nos habitants », explique M. Hugo Cavagnac, le Maire de Fronton. « L’effet que nous visons est donc éminemment dissuasif. Aussi, l’emplacement des caméras est-il clairement signalé conformément aux exigences légales en vigueur et le traitement des images, leur conservation, leur communication, leur destruction, soumis à des règles très strictes. Bien sûr, la ville s’est engagée à veiller au bon usage du système de vidéoprotection et au strict respect des droits et des libertés individuelles. Nous avons donc adopté une Charte déontologique de la vidéoprotection qui décrit en détail les principes régissant l’installation des caméras, les conditions de fonctionnement du système et le traitement des images ».

Après l’installation d’une première tranche de caméras à l’automne 2019 aux abords des bâtiments publics sensibles, la vidéoprotection se déploiera aussi dans les espaces publics susceptibles d’être affectés par des incivilités ou actes de malveillance.

Qu'est-ce que la vidéoprotection ?

La vidéoprotection désigne la transmission et l’enregistrement d’images prises sur la voie publique afin d’améliorer la sécurité des personnes et des biens et de lutter contre le sentiment d’insécurité, en application de l’art. L.251-2 du code de la sécurité intérieure.

Qui décide de l’installation d’un système de vidéoprotection ?

L’installation du système de vidéoprotection est décidée par le maire, en vertu de ses pouvoirs de police administrative, et subordonnée à l’obtention d’une autorisation préfectorale.

Qui peut enregistrer ?

Seules les autorités publiques peuvent filmer la voie publique. Les entreprises ou les établissements publics n’ont pas ce droit, excepté pour les abords
immédiats de leurs bâtiments ou leurs installations.

Qui examine les enregistrements ?

Les images enregistrées par les caméras de vidéoprotection sont visionnées par les agents de la Police municipale et par le personnel de la Gendarmerie
sur réquisition dans une salle spécialement aménagée, fermée et interdite au public.

Ma vie privée est-elle protégée ?

Les caméras de vidéosurveillance ne doivent visualiser ni l’intérieur des habitations, ni leurs entrées.

Combien de temps conserve-t-on les images ?

La durée de conservation des images ne dépasse pas un mois. Les enregistrements sont effacés automatiquement.

Information

Le public est informé de manière claire et permanente de l’existence du système de vidéoprotection et de l’autorité responsable.

Pin It on Pinterest

Share This